Le Tai Chi Chuan

De nombreux textes sont aujourd’hui consultables sur Internet pour connaître l’origine du Tai Chi Chuan et les bienfaits de sa pratique.

(voir site Fédération : http://www.ffwushu.fr ; ou passeport pour la santé : Tai-chi, etc…

Il me semble préférable de vous faire partager ce que j’ai personnellement apprécié dans la découverte du Tai Chi Chuan.

J’ai appris la forme Yang classique dite forme longue ou forme 108. L’objet de la pratique étant de retenir une suite de 103 séquences de mouvements coordonnés.

Il m’a d’abord été expliqué que cette forme faisait l’objet de trois années d’apprentissage ce qui m’a immédiatement rassurée compte tenu de ma faible capacité à mémoriser les enchaînements lors de séances de gymnastique lorsque j’avais 30 ans, alors à plus de 50 ans 103 séquences !… Une séance ou cours d’une heure consistait à s’échauffer avec quelques exercices de Qi Gong ou d’assouplissement. Il s’agissait ensuit de répéter jusqu’à les faire correctement les mouvements lents, ronds cependant précis, en étant relâché tout en mettant de l’intention dans le mouvement (imaginer un adversaire invisible à combattre énergiquement). Cela revenait à se déplacer lentement, les jambes légèrement pliées, comme le ferait un félin dans un champ d’herbes hautes en restant sous une ligne imaginaire qui serait au dessus de la tête elle-même tirée vers le haut par un fil invisible…Les premières séances sont très douloureuses en particulier pour les cuisses…J’avais l’impression que jamais je ne pourrais y arriver. J’étais gauche, crispée, tendue…. 

La première année on apprend logiquement la première partie : La terre qui se compose de 16 séquences ; la seconde année, la deuxième partie : L’Homme de la séquence 17 à 54 et enfin la troisième année la troisième partie : Le Ciel le reste soit de la séquence  55 à 103.

Et bien en dépit des difficultés, à la fin de la première année, j’y suis parvenue et j’ai retenu les 16 premières séquences.

Quels bienfaits en ai-je tiré ?

–        La capacité à me détendre. J’ai compris que le relâchement des épaules était essentiel et préalable à la détente. De la même façon, la détente favorise la circulation de l’énergie et augmente la sensation de chaleur.

–        J’ai acquis plus d’assurance et d’équilibre. Ayant toujours eu le vertige, j’ai réussi à mieux contrôler mon corps et la sensation de vertige a diminué.

–        Amélioration du mental. J’arrive mieux à relativiser les évènements du quotidien et il me semble que je suis plus sereine.

 La deuxième année est plus facile car les bases étant acquises, je prenais de plus en plus de plaisir  à l’exercice.

 La pratique du Tai Chi Chuan  m’est devenue nécessaire. J’espère vous avoir convaincu et avoir le plaisir de vous rencontrer un jour au sein de notre association.