James KOU 1923-2012

 

james_kouÀ la rencontre de James KOU,  président de la Fédération Française de Tai Chi Chuan, le vieillard de 88 ans raconte un rêve lointain. « Je suis content de surtout voir les élèves européennes de nationalités différentes venir ici pour étudier. Cela me confirme que nous sommes encore un peu plus proche du but lointain de rendre le tai-ji-quan à une épreuve des JO. Depuis 36 ans, avec l’équipe de professeurs qualifiés, notre école est devenue aujourd’hui la plus ancienne de Paris, se tâchant à populariser le Tai-ji-quan en France, même en Europe, » la détermination se lit au fond de ses yeux noirs. 

« Il y a de moins en moins de chinois francophone qui pratiquent ce sport aujourd’hui en France, car ils pensent que cela n’est plus à la mode. Ils préfèrent plutôt la danse ou bien d’autres activités sportives. En revanche, cette discipline est, selon les estimations, pratiquée régulièrement par plus de 60.000 français,» explique-t-il la situation de tai-ji-quan aujourd’hui en France.  

« En fait, l’objectif de Tai-ji-quan consiste à effectuer des mouvements ondulatoires très précis afin de libérer une force qui peut être  spectaculaire. Les gestes lents ne correspondent pas à une danse comique mais à des mouvements d’attaque et de défense, » ajoute-t-il volontairement.

JAMES KOU

Ecole James Koul’Ecole James Kou, l’une des plus anciennes écoles de Taiji Quan (Tai Chi Chuan) en France. Notre école porte le nom de James Kou, disparu le 7 janvier 2012, en hommage à celui qui fit connaître le Taiji Quan aux français, dès 1972, et en donna une définition précise au Petit Larousse.
La vocation de l’école James Kou est de transmettre la culture chinoise traditionnelle à travers des arts tels que le Taiji Quan, le Qi Gong, le Poussée des mains, le Mulan Quan et l’automassage chinois.  Les professeurs, Chinois et Occidentaux, enseignent dans une magnifique salle située au cœur de Paris, où nous serons heureux de vous accueillir.
.